Ébéniste, artisan et artiste à la fois

Je suis un artiste.

Voilà, c’est dit.

Sur papier, je suis peut-être un ébéniste. Mais dans mon cœur, c’est la fonction d’artiste qui l’emporte.

Or, une majorité de gens ne me perçoivent peut-être pas comme à un artiste, probablement en partie parce très peu d’ébénistes se qualifient eux-mêmes de la sorte.

Pour moi, et selon ce que j’ai pu constater au fil du temps, un ébéniste est en quelque sorte un technicien du bois. Une personne qui connaît la matière, qui sait comment elle va réagir, et qui dispose d’habiletés techniques pour la transformer en un objet. Bien sûr, tout ébéniste doit avoir un certain sens esthétique mais il reste que le travail est davantage dicté par les commandes de la clientèle et par une vision assez fonctionnaliste.

Une question de perspective et de vision

Si j’utilise le titre officiel d’ébéniste, c’est qu’il s’agit d’un concept assez bien compris qui décrit tout de même une partie du travail que je fais. J’y ai accolé l’adjectif d’écoresponsable, qui représente parfaitement mon approche et ma philosophie et qui me permet de me différencier de tous les autres.

Mais si suis honnête avec moi-même, mes observations du métier font que j’ai toujours trouvé l’étiquette d’ébéniste un peu réductrice. Je n’aime pas me cantonner et j’aime regarder en avant.

Dans tous les cas, j’ai toujours davantage perçu mon travail comme celui d’un artisan, dans le meilleur sens du mot :

Un artisan minutieux qui porte attention aux petits détails.

Un artisan qui sait conseiller tout en répondant aux besoins de ses clients.

Un artisan inspiré qui ne se contente pas de reproduire le travail d’autrui.

Un artisan qui recourt à des techniques artisanales et qui fabrique tout de ses propres mains.

Un artisan qui conçoit des meubles sur mesure, au gré des commandes de chacun.

L’artisan en moi sera toujours présent. Mais il a donné naissance à un petit protégé, dont la personnalité est celui d’un artiste à part entière.

Celui qui veut proposer des créations uniques et originales de toutes pièces.

Celui qui veut présenter des collections toutes personnelles dont le public raffolera.

Celui qui a un style distinctif qui lui est propre.

Celui qui crée en parfaite symbiose avec ses valeurs et sa philosophie.

Danou l’artiste

En tant qu’artiste, mon style se veut résolument intemporel et universel, pour des raisons d’esthétique mais aussi écologiques sachant que des meubles de mauvaise qualité ou trop nichés auront vite fait de se retrouver au dépotoir.

J’aime les lignes simples et les caractéristiques du bois dans son état naturel, et je vois mon rôle comme étant de rehausser et de mettre en valeur notre patrimoine forestier. Dans ce contexte, bien que je sois conscient des effets de mode et ouvert aux découvertes et aux apprentissages, je conçois mes créations de sorte à ce qu’elles puissent survivre et évoluer dans le temps.

George Nakashima a beaucoup influencé mon style et ma pensée. Cet architecte et ébéniste américain aujourd’hui décédé fut le premier à populariser le « live edge », un type de fini qui retrouve ses lettres de noblesse depuis quelques années.

Comme quoi, rien ne se perd, rien ne se crée!

Nakashima vouait un culte aux arbres, convaincu qu’ils ont une histoire à raconter. Encore à ce jour, ses enfants se font un devoir de revaloriser le bois naturel pour en faire des meubles qui rendent hommage à la forêt et qui souligne sa beauté en toute simplicité.

À la fois traditionnel et avant-gardiste pour son époque, Nakashima m’a définitivement beaucoup inspiré, et bien que je considère avoir ma propre personnalité, je ne peux cacher qu’il m’a beaucoup influencé.

Je suis Danou Charette, ébéniste, artisan et artiste écoresponsable.